CONVERSATION #3

In France we TRUST

IN FRANCE WE TRUST

Satané optimisme !

Chez THINKERS & DOERS, nous sommes d’incorrigibles optimistes. Un optimisme qui frôle parfois la mauvaise foi. C’est d’ailleurs ce parti-pris qui nous a conduit à proposer un thème outrageusement positif pour notre première #conversation de l’année 2018 : « IN FRANCE WE TRUST ».

Et oui ! comme le rappelle Bruna Basini rédactrice en chef adjointe de notre partenaire Le Journal du Dimanche : il faut se rendre à l’évidence, la France va mieux. La plupart des indicateurs économiques reviennent au vert, le moral des français et des investisseurs remonte, les bonnes nouvelles (JO, Coupe du Monde de Rugby…) s’accumulent, les médias internationaux y compris les plus traditionnellement hostiles font de la France « the new place to be ». Le Brexit, la rocambolesque présidence américaine, les faiblesses politiques de Angela Merkel donnent un coup de booster au fameux « effet Macron » et modernise l’image de ce vieux pays que chacun s’était résigné à voir décliner. Même la presse française qui préfère tant les trains qui arrivent en retard se met à titrer au sujet du renouveau français. C’est dire que tout va mieux !

 

R-E-S-I-L-I-E-N-C-E

Après ces années de morosité et de déprime larvée, ce tournant peut paraître un peu brutal. Qui aurait pu croire, il n’y a qu’un an que la France parfois caricaturée comme un pays irréformable deviendrait aujourd’hui un modèle aux yeux des observateurs internationaux les plus critiques. L’afflux massif d’investisseurs, l’esprit entrepreneurial, la créativité et l’esprit d’innovation sont désormais selon Olivier Millet, président de l’AFIC et président du Directoire d’Eurazeo PME, les nouveaux attributs de l’image de notre pays. Ces propos sont confirmés par Dominique Wood directrice de la communication de Air France-KLM qui confirme la spectaculaire nouvelle attractivité de notre territoire tant pour les voyages d’affaires que pour le tourisme. De son côté, Kamel Mennour célèbre galeriste n’hésite pas quant à lui à dire que l’Art et la culture françaises retrouvent une place de leader partout dans le monde. Tout le monde semble donc d’accord pour dire qu’un changement profond s’opère. Et même si chacun sait que tout n’est pas si rose, tous nos témoins ont envie d’être résilients. Et si c’était cela la vraie renaissance française : avoir envie d’y croire ?

 

Le renouveau de la marque France

Chacun note d’ailleurs que cet élan d’optimisme est en train de poser les fondamentaux d’une nouvelle marque France à mi-chemin entre des valeurs, un art de vivre ancrés dans la tradition, et un état d’esprit pionnier, entrepreneurial. Comme Kamel Mennour le fait remarquer, il ne tient qu’à nous d’entretenir cette dynamique et d’être fier de cette marque France. Il nous donne d’ailleurs un magnifique mode d’emploi « Développer la marque France, c’est admirer son concurrent mais vouloir être meilleur que lui. Je suis galeriste, j’admire mes concurrents français et me dit que le monde de l’art nous appartient »

 

Cultiver la confiance

Que faire de cette confiance retrouvée et comment l’entretenir ?

Si le ton a été léger pour se convaincre de la dynamique positive qui étreint notre pays, chacun a aussi conscience qu’il faut faire quelque chose de cette confiance retrouvée.

Audrey Tcherkoff, Vice-présidente de la Fondation Positive Planet a d’abord insisté à juste titre sur le fait que la nouvelle reconnaissance internationale confère aussi une responsabilité aux Français, aux entreprises françaises comme à nos dirigeants : celle d’être à la hauteur des grands enjeux mondiaux dans un contexte international plus instable. Elle souligne notamment qu’avec le récent retrait des Etats Unis des accords de Paris, la France à un rôle clé à jouer. Olivier Millet souligne quant à lui un point essentiel : il ne faut pas que ce grand retour de la confiance ne profite qu’à une caste. Ce nouvel essor est une opportunité sans précédent de réconcilier finance, économie et société et doit bénéficier au plus grand nombre. Dominique Wood, met en garde contre les vieux réflexes : « Ne soyons pas trop gaulois. Nous vivons dans un monde décloisonné. Avoir confiance en la France ne veut pas dire être trop franco-français mais plutôt aller vers les autres avec confiance dans nos atouts ».

Au terme de ce revigorant échange nous sommes finalement tous d’accord avec Olivier Millet : « Il y en a peut-être certains pour qui c’était mieux avant, mais on n’a pas le choix : il faut tous se battre pour que demain soit mieux, pour tous ».

Objectif rempli : on redémarre 2018 plus qu’optimistes chez THINKERS&DOERS !

 

Bonne année à tous.

Ps. Les meilleurs passages de IN FRANCE WE TRUST sur twitter #conversation

 

Nicolas Narcisse

Co-président THINKERS&DOERS